Il y a des infos, qui pour le père peinard que je suis, font froid dans le dos. Savez-vous combien de temps nous travaillons en France ? Chaque salarié bosse en moyenne 1661 heures par an. On pourrait faire mieux en étant plus souriant. Je vois des lecteurs prêts à m’envoyer des tomates pour abîmer mes neurones créatifs. Je vous l’assure sans l’absentéisme, on pourrait travailler plus en se faisant plaisir !

Absentéisme, 16.7 jours = coût de  60 milliards pour les entreprises

 

Selon le baromètre du très sérieux institut Alma Consulting Group, en 2015, les salariés se sont absentés en moyenne 16,7 jours. Soit une progression de 3 jours par rapport à 2011. Ce fléau coûte quand même la bagatelle de 60 milliards d’euros aux entreprises.
D’après vous quelle est la principale cause de cet absentéisme ? Un monsieur à droite propose : les accidents du travail. Non. Une dame à gauche : les maladies. Encore erreur. À mon extrême droite : les fainéants, le manque de motivation. Voyons soyez sérieux, les gens aiment leur travail en général.

Les entreprises ayant mis à la poubelle le « fouet » sont les plus performantes !

Le stress, le méchant dans 37 % des cas

 

C’est tout simplement le stress qui serait à l’origine de 37 % de l’absentéisme d’après l’Agence Nationale des conditions de travail (ANCT). Vous me direz, on ne peut rien faire. Détrompez-vous, d’après cette structure publique, il suffit d’intégrer un peu de bien-être au travail pour réduire de 3 à 4 jours cet absentéisme. Je sens que les ancêtres de Germinal ou autre employeurs exploiteurs accusent le coup (ou coût pour les plus radins !).
Eh oui, n’en déplaise à la logique actuelle où il faut presser le citron des salariés et des managers, bien-être au travail est synonyme d’efficacité, rentabilité…
Les entreprises ayant mis à la poubelle le « fouet » sont parmi les plus performantes.

Attention aux palmarès money, money !!!

 

La fabrique Spinoza, association d’intérêt général, qui étudie et propose des pistes sur le bien-être du citoyen… cite des exemples réussis. Ainsi la multinationale ATOS et ses 70 000 salariés a créé un Conseil du bien-être au travail qui a identifié et évalué les 100 meilleures pratiques existantes au sein du groupe à l’échelle mondial…. Et ça marche. A l’inverse, on voit fleurir des mesures gadgets ou des palmarès mesurant le bien-être en entreprise. J’ai même cru m’étouffer en prenant connaissance d’un de ces « hit-parades ». Ce dernier plaçait une chaine de fast-food…dans le classement de tête. Je sais, c’est aussi crédible qu’une vieille vache qui léguerait de plein gré son corps en sifflotant à un abattoir !

Je vous laisse savourer mes histoires tartinées qui dégoulinent de confitures parfumées aux fraises-miel-gingembre. C’est ma façon à moi d’allier douceur, tonicité et rendement. N’empêche que j’enrage car manque de pot, le contenu vient de se renverser sur mon assurance-vie et je n’arrive plus à lire le montant. Et question bien-être pour commencer une journée il y a mieux !

A plus tard pour partager vos bons moments de travail. Vous pouvez me retrouver lors d’une de mes formations ou sur le site lesmotssereveillent.fr.

 

Pour en savourer plus :

Un lien précieux : fabrique Spinoza
Un blog : santeautravail.com
Un livre : Dr Charles-André Pigeot et Romain Pigeot, Le guide du bien-être au travail, Ed. Eyrolles