A présent, je vais vous parler d’un mot magique. Non, il ne s’agit pas d’argent, de liberté, d’amour… C’est simplement d’un terme que l’on le répète au moins 100 fois par jour. Il se compose de trois lettres. C’est le mot OUI !

Pour ma part, je le prononce tout le temps au moins 2 fois par heure… Oh, j’exagère à peine, mon fils, un collaborateur, même la gendarmette qui vient de me mettre un PV (j’essaye de la séduire !) m’entendent « chantonner » cette vocalise !

Dans l’enfance, nous disons NON à tout

Il faut dire que je reviens de loin. Il y a quelques années, j’étais comme le dit la psychanalyste Claude Hamon, dans le pays du non. Avant de réfléchir, je disais non, je n’aime pas ; non, il ne fait pas beau ; non, je n’aime pas votre idée… Bref, cette négation de la vie et du bonheur, me « bouffait » de l’énergie. Au lieu d’avancer, je reculais pour tomber parfois dans un fossé. Psychologiquement parlant, cette façon de vivre nous vient pour beaucoup de l’enfance. Avec un ton vindicatif, nous disons non à tout. Cette pratique nous permet de nous imposer devant nos parents ou devant notre instit ! Heureusement cette révolte cache quelque chose de plus positif : « Ils disent non pour faire oui » affirmait judicieusement la pédiatre Françoise Dolto.

Le OUI permet de sécréter des hormones de bien-être

Aujourd’hui, devenus des adultes, des managers, des salariés… « souriants et sages », nous pouvons persister dans cette façon négative d’appréhender la vie. Ou nous pouvons voir le côté positif de notre cheminement dans la société.
Tous les neurologues et autres médecins vous le diront nous sécrétons des hormones de bien-être, de vitalité (notamment de la sérotonine) qui cheminent dans tout le corps, et éliminent certaines méchantes bactéries ou virus.
Bien sûr, il est nécessaire d’exprimer un oui avec conviction. Non pas avec des « oui, je suis d’accord avec toi », simplement pour respecter les conventions. Alors que vous êtes prêt à tabasser le client ou le collègue qui est en face de vous. Vous pouvez marmonner à votre patron un accord de façade. Mais, pourquoi pas lui dire : « Oui, je suis d’accord avec vous, mais je pense que l’on peut encore améliorer le procédé ou l’idée… ». Le bémol est néanmoins d’aller dans le sens des commerciaux (ces fins professionnels ont étudié la « théorie de l’engagement » et le concept de « soumission librement consentie ») pour vous entendre dire OUI à un article de plus ou moins bonne qualité qu’ils désirent vous vendre !

« Être jeune, c’est dire oui à tout »

N’étant pas un « con-sommateur », j’apprécie plus la formule du chroniqueur Jean Chalon “Etre jeune, c’est dire oui à tout. Etre vieux, c’est apprendre à dire non.” Pour la seconde partie de la citation, je suis d’accord car je vise à vivre au moins jusqu’à 95 ans. Je pourrais glisser à l’oreille d’un pessimiste ma signification du NON : Nettement Ouvert à la Nouveauté !
Bon, ce n’est pas tout, je cours vers mon banquier. Je m’en vais lui balancer des NON fermes car il refuse d’augmenter mon découvert autorisé.

Optimistes de la vie et n’oubliez pas de penser, manger, dormir, même rire avec de beaux oui, yes, ya, si, はい, sim… !

A bientôt peut-être  lors d’une de mes formations, la prochaine session de « Drôlement créatif » a lieu à Paris les 5 et 6 avril. le 23 mars lors du Printemps de l’optimisme…Il y en a d’autres sur agenda.

Pour en savourer plus
Un site : Comment ça va avec des réflexions d’Eckart Tolle

Un livre : Jacques Martel, Le pouvoir des mots… qui me libèrent !

Une vidéo du Québecois Jacques Martel